La fente de la poitrine

Lors de son séjour chez les Banî Sa‘d, un événement va marquer la vie du Prophète (SBDL). L’imam Muslim rapporte, selon Anas b. Mâlik, que le Prophète (SBDL) jouait avec ses pairs lorsque sa poitrine fut ouverte. Il rapporte que l’ange Gabriel se saisit de lui, ouvrit sa poitrine, retira de son cœur un caillot de sang, puis dit :

« Cela représente l’emprise de Satan sur Toi. »

Il lava ensuite le cœur de l’enfant avec de l’eau de Zamzam dans un récipient d’or, le replaça dans sa poitrine et remit tout en ordre. Effrayés, les autres enfants partirent informer Halîma de l’incident, puis dirent :

« On a tué Muhammad. »

Lorsqu’ils revinrent auprès du jeune Muhammad (SBDL), celui-ci était en bonne santé ; seul son visage était pâle.

Enseignement de Muhammad Al-Ghazâlî
« Une immunité contre le mal »

Il ne faut surtout pas penser que le mal est sécrété par une glande que l’on pourrait retirer en accomplissant une opération chirurgicale. Dans cette histoire, comme dans d’autres hadiths d’ailleurs, le sens est plutôt métaphorique. C’est comme lorsque les épouses du Prophète (SBDL) lui demandèrent :

« Qui parmi nous est la plus prompte à te rejoindre ? »

Il répondit :

« Celle à la main la plus élancée. »

Elles prirent alors un roseau pour mesurer leurs mains ; celle de Sawda était la plus longue. Plus tard, elles comprirent que par la longueur de la main, le Prophète (SBDL) entendait celle qui était la plus généreuse.

Ce qu’il faut comprendre dans l’événement de la fente de la poitrine, c’est que le Prophète (SBDL) est immunisé contre le mal, contrairement au commun des hommes. S’il en est ainsi, c’est parce que sa mission consiste à élever les vertus, à purifier les âmes, et non à lutter contre ses propres penchants.

Enfin, si Dieu a purifié l’âme du Prophète (SBDL) lors de son enfance, c’est pour le préserver des tentations qui pourraient lui causer du tort avant le début de la prophétie.

Muhammad Al-GhazâlîFiqh as-sîra (la biographie du Prophète Muhammad), trad. de l’arabe par Rachad Hrazem, revu et corrigé par Abderrazak Mahri, Paris, Editions Maison d’Ennour, 2006.

Enseignement de Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-Bûtî
« Une preuve de la véracité du message »

Si la source du mal était physiologique, l’être mauvais pourrait devenir bon grâce à une simple opération chirurgicale. L’événement de la fente de la poitrine semble annoncer la mission du Prophète (SBDL), le préparer à l’infaillibilité et à recevoir la révélation.

Dieu a voulu que cette purification spirituelle se fasse au cours de son enfance et aux yeux de tous, afin que les gens témoignent plus tard de la véracité de son message. Quelque soit la sagesse divine, il n’y a aucune raison de recourir à des interprétations fantaisistes, du moment que les faits sont authentifiés. Seuls ceux dont la foi est faible sont portés à interpréter ce récit. Lorsqu’un texte est confirmé et authentique, le croyant ne peut que l’admettre et essayer de le comprendre en construisant son analyse sur les règles de la langue arabe.

Par ailleurs, c’est le sens propre (haqîqa) qui prime sur le sens figuré (majâz). Si chaque lecteur ou chercheur s’orientait directement vers le sens figuré, il y aurait alors une multitude de sens et les gens joueraient avec les mots ; la langue perdrait alors toute sa valeur. D’ailleurs, pourquoi chercher à déformer les faits et nier le sens propre des faits qui nous sont rapportés ? La foi en Dieu et en Son Prophète (SBDL) nous impose la foi en ce type d’événements, même s’ils dépassent notre entendement.

Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-BûtîFiqh al-sîra (étude scientifique de la biographie du Prophète), trad. de l’arabe par Z. Diab, revu par Fawzi Chaaban, Beyrouth, Dâr al-fikr, 1995.

Enseignements par Savant et Intellectuel

Abdelrahman Badawi Alî Muhammad Al-Sallâbî Muhammad Al-Ghazâlî Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-Bûtî Mustafa Sibâ'î Tariq Ramadan Wahidudin Khan

Enseignements par Thème