Le phénomène de la révélation

Le Prophète (SBDL) à donc quarante ans lorsque l’ange Gabriel lui apparaît pour la première fois durant le mois du Ramadan, en l’an 610 de l’ère chrétienne, dans la grotte de Hirâ’. Il saisit le Prophète (SBDL), le serre très fort et lui demande de lire. Terrorisé et ne sachant pas ce qui lui arrive, le Prophète (SBDL) lui répond qu’il ne sait pas lire. Gabriel insiste, le ressaisit fortement et lui demande une nouvelle fois de lire. Le Prophète (SBDL) répète qu’il lui est impossible de lire. Une troisième fois, Gabriel le serre contre lui et lui demande de lire, mais en vain.

Enseignement de Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-Bûtî
« Les détracteurs de l’Islam parlent d’illusion ou d’épilepsie »

Les détracteurs les plus acharnés de l’Islam ne cessent d’étudier le phénomène de la révélation, et n’épargnent aucun effort pour le réduire à l’illusion, et même parfois à l’épilepsie. S’ils agissent de la sorte, c’est parce qu’ils savent que la révélation divine est la base même de la foi musulmane. En contestant la révélation, ils mettent en doute les principes dogmatiques et les lois que Muhammad (SBDL) a communiqués aux hommes et les attribuent à sa réflexion personnelle. Ainsi, ils interprètent le phénomène de la révélation à leur guise, et déforment les faits indiscutables transmis par les historiens et les rapporteurs de hadith, au gré de leur imagination. Certains affirment même que Muhammad (SBDL) ne cessa de réfléchir jusqu’à ce qu’il eut conçu une doctrine qui lui permit de condamner le paganisme. D’autres soutiennent plutôt que le Coran et les principes dogmatiques lui furent inculqués par le moine Bahîra. D’autres encore considèrent que tout cela ne provenait que de l’imagination morbide d’un malade mental. Ces suppositions infondées n’ont pour objectif que de désavouer le Prophète (SBDL).

L’ange Gabriel apparut soudainement au Prophète (SBDL) dans la grotte de Hirâ’ en disant :

« Lis ! »

Ce qui montre clairement qu’il ne s’agit pas d’un simple dialogue intérieur ou d’une impression subjective, mais bien d’un événement extérieur, indépendant du moi. Le fait que l’ange serra le Prophète (SBDL) au point de l’étouffer et qu’il le libéra à trois reprises en disant à chaque fois :

« Lis ! »

est une preuve irréfutable. Soulignons aussi que ce qu’il vit et entendit l’effraya à tel point qu’il coupa court à sa retraite et regagna son foyer en urgence et en sanglots. Cette attitude est bien la preuve que le Prophète (SBDL) ne s’attendait aucunement à la mission dont il devait être chargé, que cette révélation était complètement inattendue et étrangère à sa pensé et qu’elle devait bouleverser sa vie. S’il avait soumis sa mission à une profonde réflexion et s’il avait laissé la doctrine islamique mûrir dans son cœur et son esprit, il n’en serait pas surpris à ce point. Par ailleurs, le retour de la conscience à elle-même, l’intuition et les méditations transcendantales ne s’accompagnent guère d’une sensation de frayeur, d’angoisse et de pâleur. La méditation et la réflexion ne vont pas de pair avec la peur ou l’agitation. S’il en était ainsi, tous les penseurs seraient constamment exposés à des frayeurs soudaines. Il est évident que la peur, la frayeur, le tremblement du corps et la pâleur sont des réactions spontanées qui ne peuvent en aucune façon être affectées.

D’ailleurs, la conduite du Prophète (SBDL) avant sa mission montre clairement qu’il n’était pas un menteur. De même, le fait qu’il prenne l’ange Gabriel pour un génie (djinn) dénote sa surprise et sa frayeur […]. Bien entendu, Dieu pouvait immédiatement dissiper les craintes de Son Messager (SBDL) en lui révélant qu’il s’agissait de l’ange Gabriel qui était venu l’informer de la prophétie. Mais la sagesse divine préféra mettre en valeur la distinction entre la personnalité de Muhammad (SBDL) avant la révélation et celle que l’on connaitra, suite à la première révélation. Dieu voulut de même prouver que la législation islamique et les principes dogmatiques de l’Islam ne sont pas le fruit de la pensée du Prophète (SBDL).

La réaction de Khadîja, qui amena le Prophète (SBDL) auprès de Waraqa b. Nawfal et le récit que Muhammad (SBDL) fit de son aventure, prouvent que ce dernier reçut effectivement une révélation de Dieu, à l’instar des Prophètes qui l’avaient précédé. Son entrevue avec Waraqa dissipa sa frayeur et lui éclaircit les idées.

Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-BûtîFiqh al-sîra (étude scientifique de la biographie du Prophète), trad. de l’arabe par Z. Diab, revu par Fawzi Chaaban, Beyrouth, Dâr al-fikr, 1995.

Enseignements par Savant et Intellectuel

Abdelrahman Badawi Alî Muhammad Al-Sallâbî Muhammad Al-Ghazâlî Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-Bûtî Mustafa Sibâ'î Tariq Ramadan Wahidudin Khan

Enseignements par Thème