Le Prophète (SBDL) berger

À l’âge de treize ans, le Prophète (SBDL) commence à garder des moutons pour le compte des Mecquois et des Banî Sa‘d moyennant un modeste salaire.

Enseignement de Muhammad Al-Ghazâlî
« L’apprentissage des Prophètes diffère de celui des hommes »

L’homme n’a pas été créé pour rester chez lui à ne rien faire. Plusieurs prophètes travaillaient et étaient bergers. Pourquoi ce travail en particulier ? Était-ce pour les préparer à diriger les hommes ou à protéger les plus faibles ? Autrement dit : est-ce que la connaissance de l’univers et des hommes jaillit soudainement chez les Messagers sans qu’ils aient eu une formation préalable ? La réponse est non.

Toutefois, l’apprentissage des Prophètes est différent de celui qui suit les méthodes traditionnelles ; c’est pourquoi leur esprit sain et leur perspicacité les mettent à l’avant-garde des plus grands spécialistes. Quelle est cette science qui mène à une telle perfection ? S’agit-il de mémoriser des cours et d’assimiler des règles et des lois ?

Certains répètent les informations qu’ils entendent sans rien comprendre, d’autres parfois plus jeunes récitent par cœur des discours de grands politiciens ou dirigeants. S’ils arrivent à retenir par cœur, à comprendre ou à polémiquer, il n’arrive pas à inciter à un quelconque bien ou à dissuader d’un quelconque mal. Ce genre de personnes ne réforme absolument rien dans la société.

Il y a aussi certaines personnes qui s’induisent en erreur à propos de faits incontestables. Ils ont tendance à toujours accepter ce qui est impensable. Après vingt années d’études, ils arrivent à spéculer sur une question qu’un illettré à l’esprit sain trancherait en à peine quelques minutes.

L’esprit du Prophète (SBDL) était au-dessus de tout cela, ses visions étaient perspicaces et pertinentes que ce soit avant ou après qu’il ne commence à travailler. Dans l’étendue du désert, son cœur restait constamment éveillé et son esprit lucide, contrairement à ses semblables. Sa contemplation l’avait amené dès son enfance à se surpasser jusqu’à atteindre un niveau de certitude plus important qu’une mémorisation sans intelligence ou qu’un discernement sans éducation. Son respect des vérités de l’univers et de la vie lui conférait une prééminence sur ceux qui avaient vécu dans l’égarement et pour les illusions. En plus de tout cela, Dieu le préservait afin de conserver cette intelligence exceptionnelle […].

En terme d’apprentissage, le Prophète (SBDL) a suivi la même voie que son ancêtre Abraham. Les moines et philosophes de son époque ne lui ont dispensé absolument aucun enseignement. Avec sa largesse d’esprit et ses saines dispositions, il se mélangea aux gens, observa leurs affaires ainsi que l’état de leurs communautés. Il éloigna de lui les futilités et légendes afin de fréquenter les hommes avec clairvoyance. Il prenait part à ce qu’il jugeait être bon sinon, il se retirait de la société afin d’observer le royaume de la terre et des cieux. Cet apprentissage était plus intéressant que celui de pseudo-sciences proposées par une société qui, depuis des siècles, déviait du droit chemin et ne cessait d’avancer des aberrations.

Muhammad Al-GhazâlîFiqh as-sîra (la biographie du Prophète Muhammad), trad. de l’arabe par Rachad Hrazem, revu et corrigé par Abderrazak Mahri, Paris, Editions Maison d’Ennour, 2006.

Enseignement de Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-Bûtî
« Pourquoi le Prophète (SBDL) fut berger ? »

La garde des troupeaux a trois significations importantes :

La première consiste à faire du Prophète (SBDL) un homme sensible au caractère noble. C’est pour cela qu’il travaillera pour aider son oncle qui l’entretenait comme s’il était son propre fils. Bien qu’il gagnait modestement sa vie, le jeune garçon voyait là une occasion d’exprimer toute sa gratitude.

La deuxième signification consiste à enseigner au jeune garçon et aux croyants qu’un homme ne doit vivre que de son labeur. L’argent gagné facilement, sans effort ni lutte au service d’autrui, n’a pas une grande valeur.

La troisième signification consiste à souligner que celui qui porte un message aux hommes se doit de gagner honnêtement sa vie et ne pas compter sur les dons et les aumônes des autres.

Si le Messager de Dieu (SBDL) en particulier ne pouvait dépendre de personne, c’est parce qu’il allait dispenser la justice et qu’il se devait d’être totalement impartial. Dans son enfance, le Prophète (SBDL) ignorait totalement la mission qui l’attendait. Il ne savait pas que Dieu le préservait de tout défaut, afin que son passé n’ait pas d’effet néfaste sur sa mission.

Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-BûtîFiqh al-sîra (étude scientifique de la biographie du Prophète), trad. de l’arabe par Z. Diab, revu par Fawzi Chaaban, Beyrouth, Dâr al-fikr, 1995.

Enseignements par Savant et Intellectuel

Abdelrahman Badawi Alî Muhammad Al-Sallâbî Muhammad Al-Ghazâlî Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-Bûtî Mustafa Sibâ'î Tariq Ramadan Wahidudin Khan

Enseignements par Thème