Le Prophète (SBDL) orphelin

Lorsque le Prophète (SBDL) atteignit l’âge de six ans, sa mère décida d’aller visiter la tombe de son mari à Yathrib (Médine). Âmina décéda sur le chemin du retour et fut enterrée en un lieu appelé « al-Abwâ’ ».

L’enfant fut alors pris en charge par son grand-père ‘Abd al-Muttalib, mais celui-ci ne tarda pas à mourir. En effet, ‘Abd al-Muttalib quitta ce monde alors que le Prophète (SBDL) avait seulement huit ans.

Avant de mourir, il laissa à son fils Abû Tâlib le soin de veiller sur l’orphelin. Abû Tâlib se montra bon et juste avec son neveu, même durant la prophétie. Il fut toujours du côté du Messager de Dieu (SBDL) et lui accorda sa protection face à l’oppression des notables mecquois.

Enseignement de Muhammad Al-Ghazâlî
« L’élection du Prophète (SBDL) »

La présence du père n’est qu’un élément parmi ceux qui forment l’avenir de l’enfant. Ceci n’a eu aucun impact sur Muhammad (SBDL), car la prophétie est une élection.

Pour mieux comprendre, nous pouvons rappeler le cas de Jacob qui fut séparé de son fils Joseph alors qu’il n’était qu’un enfant. Lorsqu’il le retrouva des années plus tard, Joseph était devenu Prophète. Comme pour Muhammad (SBDL), il s’agissait d’une élection, et non d’une éducation venant des parents.

Muhammad Al-GhazâlîFiqh as-sîra (la biographie du Prophète Muhammad), trad. de l’arabe par Rachad Hrazem, revu et corrigé par Abderrazak Mahri, Paris, Editions Maison d’Ennour, 2006.

Enseignement de Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-Bûtî
« La prophétie n’est pas une ambition tribale »

Nous pouvons supposer que si Dieu a voulu que le Prophète (SBDL) soit orphelin, c’est pour qu’il ne vienne à l’esprit de personne que sa mission répondait à l’ambition de ses parents ou de son grand-père qui était un riche notable de la Mecque. La culture arabe voulait que les enfants ou petits enfants protègent le patrimoine de leurs ancêtres. Si le jeune garçon avait eu une telle éducation, il n’aurait pu accomplir son rôle de prophète. Dieu le rendit donc orphelin afin de l’éduquer et de l’orienter vers son rôle véritable.

Nous constatons aussi que le Prophète (SBDL) fut écarté très tôt des membres de sa famille puisqu’il séjourna chez les Banî Sa‘d dés les premières années de sa vie. Aussi, personne ne pourrait affirmer que la prophétie était une question d’ordre tribale inspirée par son oncle Abû Tâlib puisque ce dernier est mort non musulman.

Le Prophète (SBDL) a donc vécu dans une grande précarité et sa biographie nous confirme qu’il a toujours été désintéressé par l’argent et le pouvoir. Les récits et preuves à ce sujet sont nombreux.

Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-BûtîFiqh al-sîra (étude scientifique de la biographie du Prophète), trad. de l’arabe par Z. Diab, revu par Fawzi Chaaban, Beyrouth, Dâr al-fikr, 1995.

Enseignement de Mustafâ Sibâ‘î
« La sensibilité du Prophète (SBDL) »

Les souffrances de la vie et le statut d’orphelin dès l’enfance rendent le prédicateur plus attentif à la réalité humaine et le rendent plus sensible et miséricordieux envers les orphelins, les nécessiteux et ceux qui sont persécutés. Ces souffrances le rendent aussi plus actif lorsqu’il s’agit de leur rendre justice et de se montrer clément envers eux.

Tout prédicateur a besoin d’avoir une part importante en soi de sentiments purement humains qui lui fasse comprendre et ressentir les douleurs des plus faibles et des plus malheureux. Un tel sentiment ne peut réellement être perçu que par celui qui endure dans sa vie une partie de ce qu’éprouvent les plus faibles comme les orphelins, les nécessiteux et les indigents.

Mustafâ Sibâ‘î, Al-Sîra al-nabawiyya durûs wa ‘ibar, 7e éd., Le Caire, Dâr al-salâm, 2007.

Enseignements par Savant et Intellectuel

Abdelrahman Badawi Alî Muhammad Al-Sallâbî Muhammad Al-Ghazâlî Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-Bûtî Mustafa Sibâ'î Tariq Ramadan Wahidudin Khan

Enseignements par Thème