La magnanimité et la noblesse de l’enfant

Le Prophète (SBDL) était magnanime, noble et non fortuné. Par ailleurs, une intelligence particulière semblait le distinguer des autres enfants de la Mecque ; c’est pour cela que ‘Abd al-Muttalib le préférait à ses propres enfants.

On rapporte qu’une banquette était installée à l’ombre de la ka‘ba et que ses enfants ne s’asseyaient jamais dessus par respect envers leur père. Lorsque Muhammad (SBDL) était là, les choses étaient différentes car à chaque fois que ses oncles le retiraient de la banquette, ‘Abd al-Muttalib intervenait en disant :

« Laissez mon petit-fils. Je le jure par Dieu, il occupera plus tard une position éminente. »

Enseignement de Mustafâ Sibâ‘î
« Le prédicateur se doit d’être noble »

Seul un homme noble et illustre est apte à diriger un mouvement de prédication. Les gens fortunés et ceux de la classe moyenne sont les moins compétents pour gérer un mouvement intellectuel, une réforme sociale ou spirituelle. L’organisation de ce monde veut qu’aucune autorité ne soit donnée aux plus riches ou aux excentriques en supposant qu’ils doivent être suivis dans leur pensée du fait de leur rang qui les rendrait plus compétents et plus dignes.

Si les évènements amènent l’un d’entre eux à être à la tête d’un mouvement, alors la chute est rapide et le mouvement est abandonné par le peuple car les actions qu’ils accomplissent ne montrent que leur idiotie et ne prouvent que la perturbation de leur pensée.

Mustafâ Sibâ‘î, Al-Sîra al-nabawiyya durûs wa ‘ibar, 7e éd., Le Caire, Dâr al-salâm, 2007.

Enseignements par Savant et Intellectuel

Abdelrahman Badawi Alî Muhammad Al-Sallâbî Muhammad Al-Ghazâlî Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-Bûtî Mustafa Sibâ'î Tariq Ramadan Wahidudin Khan

Enseignements par Thème