Participation du Prophète (SBDL) au pacte d’al-Fudûl

Le pacte d’al-Fudûl est une alliance qui a été conclue chez ‘Abdullâh b. Jad‘ân entre la tribu des Banî Hâshim, celle des Banî al-Muttalib, Asad b. ‘Abd al-‘Uzza, Zuhra b. Kilâb et Taym b. Murra. Ce pacte consiste à défendre les droits des plus faibles et des plus démunis contre tout abus de pouvoir. L’histoire ayant engendrée cette alliance est la suivante :

un étranger vint à la Mecque et vendit quelques marchandises à un mecquois qui refusa de le payer. Le vendeur, n’étant sous la protection d’aucune tribu, ni d’aucun clan, monta sur le mont Abû Qubays et demanda l’aide des Quraychites. Seuls cinq clans répondirent à l’appel et personne parmi les mecquois ne s’y opposa. Les membres de cette chevalerie viendront à plusieurs reprises en aide aux plus opprimés.

Le Prophète (SBDL) ne cessera d’être fier d’avoir assisté au pacte d’al-Fudûl. Il dira à ses compagnons :

« J’ai assisté, dans la maison de ‘Abdullâh b. Jad‘ân, à la conclusion d’un pacte. Je n’échangerais pas la part que j’y ai prise contre un troupeau de chameaux rouges. Et si l’on me demandait, maintenant, en Islam, d’y prendre part, je répondrais favorablement. »

Enseignement de Muhammad Al-Ghazâlî
« La position de l’Islam face à la tyrannie »

Ces propos montrent que le Prophète (SBDL) était heureux d’avoir pris part à cette alliance. Combattre le tyran, quelle que soit sa puissance, et défendre la victime, quelle que soit son humilité, sont l’essence même de l’Islam qui recommande le bien et interdit le blâmable. L’Islam se dressera toujours face à la tyrannie, que ce soit sur le plan de la politique internationale, ou sur celui des rapports entre les individus d’une même société. Ceux qui marchent sur les pas du Prophète (SBDL) ne cesseront de combattre et de se dresser face à ce type d’individu.

Muhammad Al-GhazâlîFiqh as-sîra (la biographie du Prophète Muhammad), trad. de l’arabe par Rachad Hrazem, revu et corrigé par Abderrazak Mahri, Paris, Editions Maison d’Ennour, 2006.

Enseignement de Tariq Ramadan
« La valeur d’une alliance avec des non musulmans »

Premier enseignement : le Prophète (SBDL) reconnaît ici le bien-fondé d’un pacte établi avant le début de la révélation et qui consiste à rendre justice aux plus démunis. Les propos que le Prophète (SBDL) tient à ses compagnons prouvent que le principe éthique de justice transcende l’appartenance à l’Islam. La révélation divine est venue confirmer la substance d’un traité que la conscience humaine, de façon autonome, avait déjà formulé.

Second enseignement : alors que l’Islam n’était pas encore une religion parachevée, le Prophète (SBDL) validait un pacte établi par des non-musulmans qui cherchaient la justice et le bien commun au sein de leur société. À partir de là, on ne peut affirmer que la validité éthique d’un engagement pour les musulmans n’existe que si celui-ci est de nature strictement islamique ou s’il est établi uniquement entre musulmans. Le Prophète (SBDL) ne dit-il pas de façon explicite qu’il reconnaît le bien-fondé de ce pacte pourtant conclu lors de la période préislamique ?!

Troisième enseignement : les principes de l’Islam étant universels, ils ne peuvent donc pas rejeter de façon automatique les autres systèmes de valeurs. C’est pour cela que les principes islamiques rejoignent parfois les valeurs d’autres croyances et d’autres traditions religieuses. L’Islam est porteur de justice et impose au croyant de résister à l’oppression et de protéger la dignité de l’opprimé ou du pauvre. Les musulmans doivent reconnaître la valeur morale d’une loi ou d’un contrat qui stipule cette exigence, même si les auteurs ne partagent pas forcément leur foi. La « justice » et l’ « égalité » sont des principes universels et ne sont pas la propriété exclusive des musulmans. Le Prophète (SBDL) s’attachait donc ici à développer cette conscience chez les croyants, en adhérant à des principes universels, mais proposés par des idolâtres.

En réalité, l’Islam n’innove en rien en soulignant l’importance de la dignité humaine, il ne fait que le rappeler et le confirmer. Sur le plan des valeurs morales, on trouve un même processus lorsque le Prophète (SBDL) dit :

« Les meilleurs d’entre vous [quant à leurs qualités humaines et morales] durant l’époque qui a précédé l’Islam sont les meilleurs dans l’Islam, à la condition qu’ils le [l’Islam] comprennent[1]. »

Ces paroles prophétiques rappellent que la valeur morale d’un être humain dépasse de loin l’appartenance à un univers de référence singulier.

[1] Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim.

Tariq RamadanMuhammad vie du Prophète (les enseignements spirituels et contemporains), Paris, Presses du Châtelet, 2006

Enseignements par Savant et Intellectuel

Abdelrahman Badawi Alî Muhammad Al-Sallâbî Muhammad Al-Ghazâlî Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-Bûtî Mustafa Sibâ'î Tariq Ramadan Wahidudin Khan

Enseignements par Thème