Rencontre avec la mère des croyants Khadîja

Lorsque le Prophète (SBDL) revint de son voyage commercial en Syrie, Maysara expliqua à Khadîja bint Khuwaylid qu’il avait été surpris par la haute moralité et l’honnêteté du Prophète (SBDL). Khadîja fit alors part à son amie Nafîsa de son désir d’épouser ce dernier. Ibn Ishâq rapporte que quelques temps après le retour du Prophète (SBDL) de Syrie, Khadîja lui dit :

« Ô cousin, je te désire à cause de notre parenté, de ta noblesse parmi ton peuple, de ta probité, de ta bonté, de ton caractère et de la véracité de tes paroles ».

À peu près deux mois plus tard, le mariage fut conclu. Khadîja avait alors quarante ans et était considérée comme la meilleure des femmes mecquoises du point de vue de son lignage, de sa richesse et de sa sagesse. Le Prophète (SBDL) n’avait alors que vingt-cinq ans, soit quinze années de moins que son épouse.

Durant leurs 25 années de mariage, le Messager de Dieu (SBDL) n’épousa aucune autre femme. Khadîja décéda à l’âge de soixante-cinq ans, suite à l’embargo économique et social que subirent les clans des Banî Hâshim et des Banî al-Muttalib.

La mère des croyants Khadîja est sans nul doute la meilleure femme de l’Islam. Elle est la première personne à avoir embrassé l’Islam et celle que le Messager de Dieu (SBDL) semblait aimer le plus. Dans un hadith rapporté par al-Bukhârî et Muslim, le Prophète (que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur Lui) dit :

« Marie est la meilleure des femmes [au ciel] et Khadîja est la meilleur des femmes [sur terre]. »

Enseignement de Muhammad Al-Ghazâlî
« La meilleure des femmes »

Khadîja est une référence lorsqu’il s’agit de parler des grandes dames de ce monde qui ont contribué à la gloire des grandes personnalités. Les réformateurs de ce monde ont le cœur très sensible face aux réalités qu’ils rencontrent et qu’ils souhaitent changer. Pour imposer le bien, ils doivent endurer un combat pénible et douloureux. Ces réformateurs ont donc besoin d’être soutenus par un confident qui les aide à décompresser. Dieu a voulu que ce soit Khadîja qui assure ce rôle. L’histoire témoigne qu’elle a été à la hauteur et qu’elle a réussi à absorber les peines rencontrées par le Messager de Dieu (SBDL).

On rapporte que les notables mecquois souhaitaient se marier avec elle, mais qu’elle rejetait leurs demandes car elle constatait qu’ils convoitaient sa fortune. Quand elle connut le Prophète (SBDL), elle ne décela en lui aucune cupidité. Elle se maria alors avec lui et leur satisfaction fut partagée. Le couple s’épanouissait avec honnêteté et complicité en mettant à l’écart les vilenies de l’idolâtrie. Le couple était toutefois attristé par la mort de leurs garçons (en bas âges). Il était difficile pour le Prophète (SBDL) d’inhumer successivement ses enfants après avoir vécu un premier traumatisme : l’orphelinat.

Pourquoi une telle épreuve ? Pourquoi Dieu voulait que ce sentiment mélancolique fasse partie de la vie du Messager de Dieu (SBDL) ? Réponse : parce que les gouvernants ne deviennent des tyrans que lorsqu’ils ont mené une vie aisée où l’absence de revers et de chagrin développe en eux le sens de l’égoïsme et du despotisme. Quant aux âmes qui ont tant souffert, elles sont enclines à consoler les faibles et à prendre soin des cœurs meurtris.

Muhammad Al-GhazâlîFiqh as-sîra (la biographie du Prophète Muhammad), trad. de l’arabe par Rachad Hrazem, revu et corrigé par Abderrazak Mahri, Paris, Editions Maison d’Ennour, 2006.

Enseignements par Savant et Intellectuel

Abdelrahman Badawi Alî Muhammad Al-Sallâbî Muhammad Al-Ghazâlî Muhammad Sa‘îd Ramadân Al-Bûtî Mustafa Sibâ'î Tariq Ramadan Wahidudin Khan

Enseignements par Thème